Aou
13
2014

Biscochoc, la modernité au service de la gourmandise

Ligne « Tablettes et barre » - La ligne « Tablettes » est la plus productive de l’usine. L’investissement conséquent de 37 millions de francs - y compris la démouleuse en ligne - remonte à 18 mois.  Optimisée depuis, la ligne permet de fabriquer les tablettes et barres, avec ou sans ingrédients supplémentaires tels que des noisettes ou des amandes, par exemple, à un rythme important (jusqu’à 35 000 tablettes par quart de 8 heures). Ligne « Tablettes et barre » - La ligne « Tablettes » est la plus productive de l’usine. L’investissement conséquent de 37 millions de francs - y compris la démouleuse en ligne - remonte à 18 mois. Optimisée depuis, la ligne permet de fabriquer les tablettes et barres, avec ou sans ingrédients supplémentaires tels que des noisettes ou des amandes, par exemple, à un rythme important (jusqu’à 35 000 tablettes par quart de 8 heures).

Fondée en 1979 par Jean-Claude Racine, Biscochoc concentre sur 10 000 m2 le monde de la chocolaterie, du moulage à l'extrusion, en passant par le turbinage ou l'enrobage. Ces cinq dernières années, l'entreprise a réalisé plus de 200 millions de francs d'investissement dans l'outil de production et de fonctionnement. Visite gourmande...

 En bref...

  • Biscochoc compte 65 salariés, avec des pointes à plus de 100 personnes en saison (Pâques, Noël, Halloween).
  • L'entreprise réalise un chiffre d'affaires de plus d'un milliard de francs.
  • Elle exporte ses produits chocolatés. Chaque année, deux conteneurs partent ainsi notamment à destination du Japon.
  • Elle dispose d'un service qualité et agrément d'hygiène.
  • Le personnel a été formé via l'Alliance 7. Cette fédération de syndicats professionnels (9 professions agro-alimentaires représentées) de métropole compte un organisme de formation spécialisé dans l'agro-alimentaire. Il est un appui technique, documentaire et juridique important pour Biscochoc.
  • D'ici la fin de l'année, l'industriel devrait finaliser son projet déjà lancé d'automatisation du moulage manuel (utilisé pour les chocolats haut de gamme et l'export). L'investissement, qui s'élève à 26 millions de francs, va continuer à augmenter la productivité et la qualité de ces chocolats haut de gamme.
  • L'entreprise a également entrepris une migration informatique vers un progiciel de gestion intégrée, une solution de gestion commerciale et de production et de planification de production, avec un déploiement prévu en 3G des commerciaux pour les prises de commandes. « Notre plan de production et donc notre prévisionnel d'approvisionnement en matières premières et emballages sont désormais calculés sur la base de 12 mois de prévision des ventes, des taux de charges de nos machines, des stocks de sécurité et des délais de commande liés à notre insularité, explique Mathieu Azaïs, directeur administratif et financier de Biscochoc. Ce système a nettement amélioré notre organisation générale. »
  • Les tablettes familiales et premiums ainsi que le logo ont été modernisés. D'ici quelques semaines, la confiserie devrait également connaître le même sort. Surprise...

Reportage : Charlotte Antoine

Informations supplémentaires