Bannière
Aou
07
2012

Made In N°25

Editorial

Pourquoi copier la métropole ?

La Calédonie a cela de merveilleux qu’elle est un pays en construction. Avec ses forces et ses faiblesses. Aujourd’hui, son économie rime avec croissance et plein-emploi. Mais aussi bien portante et développée qu’elle puisse paraître, c’est aussi une économie sous perfusion, qui connaît des difficultés de répartition de la richesse, des problèmes de qualification, etc. 

À quelque 20 000 kilomètres de là, la Métropole est, elle, au bord de la faillite. Les élections présidentielles passées, les premières réformes et la refonte d’un système devenu archaïque sont loin de satisfaire tout le monde. L’économiste Christian Saint-Étienne, lui-même, a d’ailleurs récemment démissionné du Conseil d’analyse économique - l’organisme chargé de conseiller le Premier ministre - inquiet des orientations de la politique économique du gouvernement français. Dans un entretien avec Figaro magazine le 15 juin 2012, il confie en effet : « Je démissionne, car la politique suivie va contre les intérêts du pays... Je crains qu’avant un an, dix-huit mois au plus tard, les conséquences de cette politique ne soient d’une violence dramatique pour notre système productif et social. » 

Pourtant, c’est justement ce modèle que nos politiques se proposent de copier sur le plan local. Et si, plutôt que de calquer un mauvais exemple, la Calédonie décidait de se forger un modèle économique et social à elle, solide et pérenne. Si, au lieu de croire que le soleil brille toujours plus ailleurs, elle acceptait enfin de reconnaître ses atouts économiques et sociaux, nombreux, et de croire en son avenir… 

À trop pécher par complexe d’infériorité, on se ferme à ses propres possibilités…
Or, la Calédonie a un devoir aujourd’hui : celui de construire son pays de demain.

Charlotte Antoine 

Pour téléchargez le Made In N°25 au format PDF, cliquez sur le lien ci-dessous :
icon Made In N°25 (14.28 MB)

Sommaire

À la une
La FINC soutient Pierre Fairbank
Il aura vaincu le dernier obstacle et décroché son sésame pour participer aux Jeux olympiques de Londres&nbs[...]
Lire la suite - Déjà lu : 2785 visites
Les adhérents inquiets face au rapport Lieb
Après avoir pris connaissance du rapport de Jean-Pierre LIEB de juin 2012, relatif à la simplification d[...]
Lire la suite - Déjà lu : 3631 visites
Réconcilier les Français avec leur industrie
Mise en place à l’issue des États généraux de l’industrie en 2010, la Conférence nationale de l’indu[...]
Lire la suite - Déjà lu : 3969 visites

Dossiers
Ma petite île ne connaît pas la crise…
C’est avec une certaine insolence que l’économie calédonienne a traversé la tempête mondiale. Des taux de croissance et de chômage étonnamment proches - compris dans une fourchette de 4 à 6 %, qui laisseraient la plupart des [...]
Lire la suite - Déjà lu : 4143 visites

L'industrie vous ouvre son cœur
Selvi : hygiène et qualité
Au commencement, ils étaient quatre. Il faut désormais près de trente personnes pour assurer le service de[...]
Lire la suite - Déjà lu : 11318 visites

Visites d'Usines
Ancien ministre de l’Outre-mer, Dominique Perben a passé quelques jours sur le Territoire dans le cadre de l[...]
Lire la suite - Déjà lu : 4419 visites


Made InDernière parution


Publié le 19 Avril 2016, 12.54
Made In N°36
2016 s’annonce comme un cru très atypique : atypique à l’image du nouveau format du Made In qui change pour vous être plus agréable et qui devient trimestriel pour répondre à l’attente de ses lecteurs. Mais le c

Dernière minute


Publié le Lundi 20 Février 2017
Concours général agricole 2017
Du 25 fevrier au 5 mars, les produits calédoniens s'exposeront sur le Salon International de l'Agriculture (SIA) et participeront au concours général agricole 2017. Cet évenement est porté par la Chambre d[...]

FINCnews

Restez informé ! Abonnez-vous à notre lettre d'information...

L'industrievous ouvre son cœur


Publié le Mercredi 24 Avril 2013
SIEM : l’eau, c’est un métier
SIEM : l’eauc’est un métier Depuis sa création en 1986, la Société industrielle des eaux du Mont-Dore reste le seul producteur d’eau de source en Nouvelle-Calédonie et emploie 25 personnes.