Bannière

TGC, ça passe ou ça casse !

Paru dans le Made In N°35 - 12 décembre 2015

Signé le 21 août 2014 par les partenaires sociaux, l’Agenda économique, fiscal et social partagé a inscrit un certain nombre de réformes permettant d’orienter le modèle économique calédonien vers un développement endogène plus compétitif et plus profitable à tous.Réformer, mais pour quoi faire ? Les besoins de financement sont croissants, mais pour l’heure, l’économie calédonienne peine à créer de la richesse. Le taux de croissance est proche de zéro fin 2015. Les grands travaux, la mine ont longtemps tiré l’économie. Aujourd’hui, celle-ci repose principalement sur la consommation intérieure des ménages et l’investissement des entreprises. Il est donc urgent de relancer la croissance sur les bases d’un modèle économique et social novateur. Réforme de la fiscalité indirecte et mise en place de la TGC (Taxe générale sur la consommation), travaux sur la compétitivité des filières et sur la réduction des dépenses socialisées sont aujourd’hui engagés par le Gouvernement et les partenaires sociaux. Objectifs : assurer le rendement fiscal, baisser les prix à la consommation et rendre plus compétitive la production locale en s’appuyant sur quatre filières identifiées comme les principaux postes de dépenses dans le budget des ménages (logement, agro alimentaire, biens de consommation et automobile).Sur le fond, tout le monde s’accorde à reconnaître le caractère indispensable de ces réformes. Sur la forme, l’industrie est mobilisée afin de préserver ses entreprises, ses emplois, et son savoir-faire mais surtout pour promouvoir un nouveau modèle économique et social où l’industrie est moteur.

Dossier réalisé par Charlotte Antoine

Déjà trois tentatives… La quatrième sera-t-elle la bonne ? Voilà en effet déjà trois fois que l’on travaille à la mise en œuvre d’une taxe de type TVA. À cela, plusieurs raisons, et notamment une insuffisante visibilité sur son impact, sans parler de la non-adhésion des acteurs économiques — dont…
Alors même que les travaux sur la fiscalité indirecte et la compétitivité des filières se poursuivent, le président du Gouvernement revient sur la réforme qui vise à faire évoluer le modèle économique calédonien.
L’industrie locale, ce sont 2 600 entreprises de production et de transformation (hors mines et énergie), 350 exonérées de Taxe générale à l’importation, 10 000 emplois, soit 15 % de l’emploi privé, 6 % du PIB et 8 milliards de francs CFP à l’exportation (sources : IEOM / ISEE /…
Les Calédoniens ont-ils bonne opinion de leur industrie de transformation ? Déjà, en 2009, la FINC s’était posé la question, cherchant des premiers éléments de réponse dans une large enquête d’opinion. Six ans plus tard, la Fédération a voulu connaître l’évolution de l’image que se font les habitants de l’industrie…
Destinée à remplacer sept taxes dont le rendement s’élevait à 52 milliards de nos francs, la TGC devrait être applicable au 1er juillet 2016, avec pour objectif principal de baisser les prix à la consommation… Mais est-ce si simple ?
Pour relancer l'économie, la CGPME-NC défend la création d’une taxe mixte à la consommation qui permettrait de redonner du pouvoir d’achat aux Calédoniens. La Confédération a dévoilé ses propositions lors du Salon Planète PME, à la CPS.
Des taxes qui disparaissent, une autre qui arrive… Explications sous forme de schémas pour mieux comprendre la constitution du prix, et l’impact de la TGC sur les prix des produits vendus en Nouvelle-Calédonie.
Levier du développement économique calédonien, la compétitivité fait l’objet de travaux entre fédérations patronales, syndicats professionnels, syndicats de salariés, institutions, directions et établissements publics depuis juillet 2015. L’objectif affiché, tel que défini dans l’Agenda partagé, est de favoriser la baisse des prix et la compétitivité des filières. Première filière à…
Rechercher la meilleure compétitivité au sein des entreprises, c’est notamment miser sur quatre axes d’amélioration de la productivité : le temps de travail (flexibilité), la réglementation (contrat de travail, instances représentatives du personnel…), la formation, le développement des compétences, sans oublier l’absentéisme (absence injustifié, sans prévenir, arrêt maladie abusif, etc.).
On le disait, parallèlement aux travaux engagés en matière de fiscalité indirecte et de compétitivité, il est indispensable de réduire les dépenses socialisées, parmi lesquelles les prestations sociales. Le Ruamm est au plus mal, et les dépenses de santé augmentent d’année en année. Aujourd’hui, la FINC a une conviction :…
Avec 54 % de la population en surcharge pondérale, l’obésité n’est pas seulement un fléau sanitaire. C’est aussi un problème de poids pour les finances de la Nouvelle-Calédonie. Cet aspect a été longuement abordé lors de la Journée de la prise en charge du surpoids et de l’obésité, organisée le…
Réduire les dépenses de santé, évaluer les actions de prévention… Lors des Assises de la Santé, la CGPME-NC, par la voix de ses fédérations affiliées que sont la FINC et la FPLS (Fédération des professionnels libéraux de santé) a défendu ses positions.
Dans la continuité des Assises de la santé, les professionnels de l’agro-alimentaire s’engagent à renforcer leurs actions en matière de lutte contre l’obésité, contre l’addiction ou l’usage nocif de l’alcool en appliquant les mesures d’une charte sur l’amélioration de l’offre alimentaire.

Made InDernière parution


Publié le 19 Avril 2016, 12.54
Made In N°36
2016 s’annonce comme un cru très atypique : atypique à l’image du nouveau format du Made In qui change pour vous être plus agréable et qui devient trimestriel pour répondre à l’attente de ses lecteurs. Mais le c

Dernière minute


Publié le Lundi 20 Février 2017
Concours général agricole 2017
Du 25 fevrier au 5 mars, les produits calédoniens s'exposeront sur le Salon International de l'Agriculture (SIA) et participeront au concours général agricole 2017. Cet évenement est porté par la Chambre d[...]

FINCnews

Restez informé ! Abonnez-vous à notre lettre d'information...

L'industrievous ouvre son cœur


Publié le Samedi 02 Mai 2015
Sifrais mise sur l’innovation
Sifrais mise sur l’innovation En 2006, Gilles Lecoindre rachète le département pâtes fraîches de la SARL Millo. Trois ans plus tard, à la recherche de relais de croissance et après un séjour en Métropole, il réa