Bannière

Le port autonome, poumon de l’industrie calédonienne

Paru dans le Made In N°26 - 05 décembre 2012

Sans lui, la Nouvelle-Calédonie serait bien isolée. Sans lui, les industries calédoniennes ne pourraient alimenter en matières premières leurs lignes de production. Sans lui, les finances publiques manqueraient d’une part majeure de leurs recettes. Le port autonome de la Nouvelle-Calédonie, premier port français d’outre-mer en tonnage, est la principale porte d’entrée des marchandises sur le territoire, complétée par le fret aérien, plus marginal et plus coûteux. Mais faire fonctionner une telle machine demande moyens, coordination, projets de développement pour demeurer dans la dynamique mondiale, et organisation de la lutte contre les fraudes et contrefaçons. Un travail mené au quotidien par de multiples acteurs, partagés entre rentabilité et service aux entreprises locales.

Dossier réalisé par Anne-Claire Lévêque et Frédérique de Jode - Photo : Marc Le Chélard

Plus de 1 300 navires qui passent à l’année, une moyenne de 5 milliards de tonnes de marchandises par an qui naviguent sur ses eaux, des opérateurs par dizaines qui travaillent en son sein… Le port autonome de la Nouvelle-Calédonie est à lui seul un univers économique au cœur du territoire. Et une…
Made In a suivi sur le Port autonome de Nouméa l'équipe de Sato, une des cinq sociétés privées spécialisées dans la manutention portuaire. Sato, qui est implantée depuis 40 ans en Nouvelle-Calédonie, gère en moyenne dans le domaine de la manutention l'arrivée de huit bateaux par mois, contenant aussi bien…
Sato, Manucal, Sofrana, Sat et Manutrans. Cinq sociétés d'acconage exercent leur activité pour répondre aux besoins des nombreuses compagnies qui desservent le port autonome de Nouméa. Pour garder des marchés, deux solutions : l'investissement en matériel et le transbordement.
Les agents maritimes ou consignataires sont des prestataires de services, représentant légalement un armateur durant l'escale d'un navire dans un port. Sur le territoire, ils sont onze agents maritimes pour un marché très concurrentiel.
Désenclaver les îles et les approvisionner passe par une desserte maritime performante. Or, les rotations assurées par les deux compagnies, la CMI et la Stiles, ne donnent pas satisfaction à la population.
Point d’entrée incontournable pour les acteurs économiques calédoniens, le port autonome a vu arriver, en 2011, plus d’1,6 million de tonnes de marchandises. Un volume que les différentes administrations dédiées surveillent, contrôlent et tentent de maîtriser au mieux.
Droits, taxes, positions tarifaires, exonérations… Les obligations financières qui pèsent sur le portefeuille des importateurs et leurs exceptions au profit des industries locales ne sont pas des plus simples à cerner. Décryptage de ce labyrinthe pécuniaire.
Sans les transitaires, le quotidien des industriels et distributeurs calédoniens serait beaucoup plus complexe. Maillon stratégique dans la chaîne d’importation, ces professionnels de l’acheminement des marchandises organisent et coordonnent les livraisons.
Lorsqu’un bateau n’est plus très loin du port autonome de Nouméa, avant même d’accoster et de rencontrer les opérateurs de la terre ferme, quelques spécialistes des manœuvres d’approche les accueillent et les guident jusqu’au quai.
La Nouvelle-Calédonie importe l’essentiel de ses marchandises par voie maritime, coût du transport oblige. Néanmoins, la voie aérienne s’avère parfois très utile, pour des questions de nature de marchandises ou d’urgence des besoins. Gros plan sur un pan marginal, et néanmoins nécessaire, de l’importation.

Made InDernière parution


Publié le 19 Avril 2016, 12.54
Made In N°36
2016 s’annonce comme un cru très atypique : atypique à l’image du nouveau format du Made In qui change pour vous être plus agréable et qui devient trimestriel pour répondre à l’attente de ses lecteurs. Mais le c

Dernière minute


Publié le Lundi 20 Février 2017
Concours général agricole 2017
Du 25 fevrier au 5 mars, les produits calédoniens s'exposeront sur le Salon International de l'Agriculture (SIA) et participeront au concours général agricole 2017. Cet évenement est porté par la Chambre d[...]

FINCnews

Restez informé ! Abonnez-vous à notre lettre d'information...

L'industrievous ouvre son cœur


Publié le Mardi 05 Avril 2011
Plastinord : Le bon tuyau
Plastinord : le bontuyau En service depuis le 27 novembre 2001, la société industrielle Plastinord est forte aujourd’hui d’une activité soutenue. Seul fabricant du territoire de gaines TPC – Tubes pour la Protecti